Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Compte-rendu de la conférence sur les parcours au sein de la solidarité internationale

L'association

-

02/07/2020

-

1

Compte-rendu conférence : quels parcours au sein de la solidarité internationale ? 

L’association des Alumni a organisé son premier webinar sur le thème des parcours au sein de la solidarité internationale, en présence de deux Alumni qui cumulent à elles deux plus de 15 ans d’expérience au sein des ONG  et qui ont pu partager leurs parcours respectifs :


Jade Loucif (promo 2016) : Diplômée d'un master spécialisé dans l’humanitaire, Jade Loucif exerce dans le secteur associatif. Après ses premiers pas en tant que chargée de projet puis chargée de plaidoyer (ICAN et Handicap International), elle a rejoint en 2017 Amnesty International France en tant que chargée de mission auprès de la direction générale. Elle a récemment intégré l'association Don en Confiance où elle exerce le même type de fonctions.


- Katia Roux (promo 2007) :Katia Roux est chargée de plaidoyer au sein du programme Libertés individuelles et collectives d’Amnesty International France, en charge des questions relatives aux libertés fondamentales et aux espaces de la société civile ainsi que des questions relatives aux droits sexuels et reproductifs. 

Diplômée en relations internationales et en philosophie morale et politique, elle a également été en charge des campagnes portant sur des enjeux de justice sociale et de droits économiques sociaux et culturels pendant plusieurs années au sein d'ActionAid France.


Nous avons abordé le thème de la solidarité internationale sous l’angle de la société civile uniquement. La « société civile » désigne l'ensemble citoyens, mouvements ou associations à caractère non gouvernemental et à but non lucratif.  Ils peuvent agir directement en complément des politiques publiques ou en tant que groupes de pression pour influencer les politiques gouvernementales.

Que ce soit à travers les mouvements de lutte contre le réchauffement climatique, la défense des droits humains, ou la réponse aux urgences médicales dans des situations de conflits armés, la société civile se fait entendre. Elle représente l'auto-organisation de la société, en-dehors du ou parallèlement au cadre institutionnel politique, administratif ou commercial.

A la croisée des questions de recherche de sens et de résilience au sein de nos sociétés, quelle est la réalité d’un parcours dans le secteur de la solidarité internationale ?

Plusieurs thèmes ont été abordés et nous essayons d’en restituer quelques uns ci après.


Le cadre 

Les postes au sein de la solidarité internationale peuvent apparaître comme étant très spécifiques. On se fait souvent des représentations des thématiques abordées et des actions menées. Cependant, et comme au sein de tous secteur, ces postes sont restent variés, que ce soit sur le terrain, sur de la gestion de projets au siège, auprès de fonctions support, de la recherche. Le poste de Chargé(e) de plaidoyer, visant à élaborer des stratégies d’influence auprès des décideurs, est une des multiples fonctions de ce secteur. .

Les ONG fonctionnent principalement grâce aux dons et aux subventions. Le secteur reste compétitif et concurrentiel, mais une fois un pied dedans, il est possible d’évoluer sur d’autres postes d’après l’expérience des deux intervenantes. Katia a par exemple changé de thématique plusieurs fois en tant que chargée de mission. C’est dans tous les cas un secteur porteur, dont le poids va s’intensifier dans les années à venir.

Les recommandations pour trouver un poste dans ce secteur :

Les intervenantes ont toutes les deux donné plusieurs clés pour rechercher et se démarquer dans ce secteur : 

1.Engagement associatif : une expérience au sein d’une association en parallèle de ses études ou de son emploi est valorisée. Jade a par exemple rejoint ICAN France en parallèle de ses études. Cela s’est fait en cohérence à une troisième année à Ottawa, Canada où elle a étudié les conflits et des droits humains, cela lui a permis d’affiner ses choix et de prétendre à des postes de chargée de plaidoyer en ayant déjà une expérience à valoriser. De son côté Katia a commencé sur le terrain au Moyen Orient auprès de réfugiés. 

2. Sélectionner une thématique d’entrée : L’idée est réellement de se positionner sur un sujet, quitte à changer de thématique par la suite, afin de pouvoir valoriser un apport pour l’ONG. Par ailleurs les spécialisations géographiques (DE) proposées par l’IEP de Lyon peuvent être un plus en fonction de la zone concernée, ou pour apporter une expertise supplémentaire (DEMEOC, DEMAC, DEALC, etc.). Un profil spécialisé permet de se démarquer d’un profil généraliste, du moins en début de parcours. 

3. Savoir quel type de poste nous correspond : il s’agit de trouver quel type de poste nous correspond le mieux : sur le terrain, au siège, au contact de l’écosystème ou sur les fonctions support ? Aussi un travail d’introspection est conseillé avant de se lancer dans l’aventure : celui-ci peut tout à fait s’affiner au rythme des missions que ce soit sur le terrain ou en support au Siège.

4. Connaissance de l’écosystème : connaître les acteurs qui interagissent avec l’ONG est primordial pour se démarquer (les associations de victimes, les associations spécialisées sur la thématique...

5. Connaître le positionnement de l’ONG et ne pas hésiter à suivre son actualité


Est-ce que le sens est présent au quotidien dans ce secteur ?

C’est un secteur où l’on trouve un sens au quotidien et des valeurs faciles à défendre. Cela n’empêche pas de devoir réussir à faire la part des choses entre attente et réalité du fait du décalage que l’on peut être amené à rencontrer au sein des missions exercées. En effet, il n’est pas toujours évident de mettre des frontières entre la vie personnelle et professionnelle sur des sujets prenants (la défense des droits humains par exemple). L’idéalisation du travail au sein de telles structures peut conduire à certaines désillusions. 

Quels avantages et les inconvénients dans ce secteur ?

C’est un secteur passionnant même s’il est parfois difficile de faire la part des choses entre l'engagement personnel et professionnel. Attention à bien réfléchir à ce qu’on est prêt à donner en entrant dans ce secteur, les activités bénévoles y prennent une certaine place et la frontière entre ce qui est rémunéré ou non est fine. 

Dans les plus grosses ONG, en général, les conditions de travail sont en accord avec les valeurs défendues et représentent un avantage non négligeable. Dans les petites structures, même si les valeurs défendues sont présentes, on fait face à une nécessaire adaptation des missions réalisées avec les ressources disponibles, ce qui signifie une plus grande polyvalence demandée au niveau des tâches réalisées.

Ouverture du financement de la solidarité par le privé 

Jade a récemment quitté le monde de la solidarité internationale pour rejoindre Don en Confiance (déontologie des pratiques de dons), une association d’association. De son expérience, des associations plus locales, plus petites peut être peuvent également porter de belles valeurs au quotidien. Les compétences peuvent être transposables pour obtenir des postes au sein de la solidarité internationale par la suite, ou même d’autres secteurs, en particulier quand on a exercé des missions au sein de fonction support (communication, RH, etc.). Pourquoi pas en priorité au sein d’un secteur connexe ? Cela peut être plus cohérent d’y valoriser ces compétences, comme au sein du secteur associatif avec lequel des liens existent mais restent également à créer !

Encore merci à Jade et Katia pour leur partage d’expérience !

Chiffres clés :

Sur Linkedin,pour des personnes situées en France il y a 7000 profils incluant la mention “chargé.e de plaidoyer. 220 000 profils sont concernés dans le monde (advocacy officer).


Si d’autres thèmes vous intéressent ou que vous avez envie d’organiser la prochaine web conférence, contactez-nous !

62 vues Visites

2 J'aime

Commentaires1

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

L'association

Cotiser pour l'association des alumni de Sciences Po Lyon

photo de profil d'un membre

Baptiste Billmann

15 juin

2

L'association

Les Alumni & vous : résultats de l'enquête #2

photo de profil d'un membre

Sarah Vanseveren

26 mai

1

L'association

Les Alumni & vous : résultats de l'enquête #1

photo de profil d'un membre

Sarah Vanseveren

07 mai